Le syndrome de la chaise… qui bascule ; et de la langue, qui fourche (?)

Dernière mise à jour : 5 oct. 2021




Enfin, mon nouveau fauteuil de bureau est arrivé !


Je l’ai attendu longtemps, celui-là... Trop de choix, et d’options, annihile la liberté de choix en rendant la décision finale bien douloureuse.

Mais il s’est quand même arrêté, mon choix bien-sûr, suivez un peu ce que je dis (! 😊), sur un modèle de fabrication… extra-européen ☹ mais de qualité bien équivalente à des modèles facilement deux fois plus chers que celui-ci. A distance, sur le site d’achat, les commentaires et avis des clients m’ont rassuré sur la qualité du produit à laquelle je pouvais m’attendre.

Emballage soigné, des gants pour le montage, un ressenti de solidité et de durabilité. Et quel confort mes amis, quel confort en comparaison à mon ancienne chaise de bureau qui n’en pouvait plus de me soutenir lors de mes longues heures quotidiennes de travail assis.


Bon et loyaux services pour une chaise en fin de vie.


En revanche, quelle horreur encore et toujours sur le manuel utilisateur ! Même s’il ne s’agit pas d’un produit hautement technique, il m’a tout de même fallu près d’une heure pour monter ce joli nouveau petit compagnon. Par ailleurs, je ne parle pas d’une chaise à moins de cent euros, mais bien d’un fauteuil qui se veut haut de gamme avec ses quelques centaines d’euros déboursés. Heureusement, d’ailleurs, que l'anglais m'est plus que familier car ils ont eu la délicatesse de laisser les étapes 1 à 6 du montage, en anglais !? Tout simplement la totalité des étapes - bien sûr. Original, mais cela peut ressembler à une incompétence/imprécision assumée, ou plus dramatiquement, à une recherche de micro-économies/économies de bout de chandelle très dommageables pour le client comme pour l’image du fabricant ou revendeur.

La traduction comme variable d'ajustement ? Mauvais coup, Doc.

Mais au-delà, ceriseS géantes et amères sur le ridicule gâteau, lorsqu’il y avait traduction, on ne pouvait qu'assister à ce qui malheureusement perdure encore en ce début de 21ème siècle : une lamentable et détestable traduction que même les logiciels ou applications de traduction gratuits seraient parvenus à arrondir, à améliorer, à corriger, au moins en partie.


Quelques exemples ci-après…


Enjoy (?)

Questions de sécurité :


  • LA PHRASE TRAUMATIQUE


« Une chaise est confinée à une personne. »


En période de post-confinement, on peut être surpris que des objets tels que les

chaises puissent rester… confinés (!!)


  • LE B.A.-BA VOIRE LE AREUH-AREUH DU FRANÇAIS

« Les enfants de moins de cinq ans ne peut pas prendre cette chaise. »

« Prendre », passe encore, versus « utiliser ».


Mais l’accord pluriel manquant au verbe, reste pour moi il est vrai un Grand mystère ; mais pas de ceux qui font rêver. Plutôt de ces soupes primitives qui

donnent envie de partir loin, très loin, pleurer sa pauvre langue malmenée.




Sans parler de l'utilisation de "pouvoir" là où un verbe exprimant une interdiction ou

une restriction d'utilisation bien plus explicite aurait été vivement recommandé...


  • LA PHRASE QUI NE VEUT RIEN DIRE

« Gardez vos mains loin du mécanisme de base du siège en plus du bouton en cas

de blessure par écrasement. »

On a compris le message : il y a risque d’écrasement. Mais reste à savoir,

comment ? Là est peut-être le danger, d’une expérience empirique

douloureusement contrainte (?)


Allez, je ne résiste pas à une petite FAQ... ou deux :


  • « s’il vous plaît contacter le service après-vente pour un remplacement. »

AU SECOURS ! En dehors du « minuscule » voire ridicule détail de la majuscule

absente en début de phrase, on croirait entendre ou lire une personne n’ayant

étudié que deux petites années la belle langue de Molière, de Camus, de

Maupassant et de tous les autres merveilleux écrivains contemporains ou

disparus, mais tellement vivants normalement à travers la langue… Deux années

d’enseignement... à (grande) distance ?



A propos de service après-vente, « s’il vous plaît virer-moi», ce chef de projet ou de produit ou responsable qualité ou toute personne (ir-)responsable de la qualité finale du produit, dans son intégrité. Et arrêtons l’approximation qui fait qu’au final on pourrait bien croire que, « c’est du chinois » (?!)



18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout